Archives de catégorie : Non classé

Un oublié, Charles Thirria (1796-1868)

Les historiens – ainsi Alain Corbin, dans Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot – Sur les traces d’un inconnu, 1798-1876 (Flammarion, 1998), ou Arlette Farge, dans Vies oubliées. Au cœur du XVIIIe siècle (La Découverte, 2019) – parviennent à saisir dans la poussière des archives le murmure des vies ordinaires, des personnes invisibles qui jamais ne se sont hissées aux créneaux de la notoriété. Inversement peuvent s’effacer, en quelques décennies, les traces d’hommes et de femmes qui furent illustres en leur temps. Les descendants ne se manifestent plus, les tombes abandonnées dans les cimetières sont relevées, quelques restes sont peut-être déposés dans la fosse commune…

Le personnage célèbre a pu aussi changer de lieux. Le grand ingénieur et mécanicien Benoît Fourneyron (1802-1867), inventeur de la turbine hydraulique, est reconnu dans sa ville natale de Saint-Etienne mais largement ignoré dans le département de la Haute-Saône où il expérimente pour la première fois, en 1827, à Pont-sur-l’Ognon, le moteur hydraulique « à pression universelle et continue ». Tout aussi oublié est Alfred Meugniot (1857–1928), né à Faucogney, qui contribue au début du XXe siècle à la restauration de la carpiculture française ; et personne, dans les festivités du Tour de France, ne s’est rappelé que le docteur Philippe Marre (1907-1980), qui exerçait à Lure dans sa clinique de la place de la Libération, fut un compagnon de Paul de Vivie, dit Vélocio (1853-1930), figure emblématique du cyclotourisme français. Philippe Marre, ami  du cyclotouriste Jacques Faizant, a été aussi rédacteur en chef de la revue de Vélocio, Le Cycliste ( publiée de 1887 à 1974 !).

Le travail de l’historien comporte cette fonction d’exhumation des figures oubliées et nous pouvons saluer les recherches du docteur Larère (il a aussi exercé à Lure) qui a rappelé  récemment à l’auditoire de la SALSA le parcours de Charles-Édouard Thirria (1796-1868), ingénieur des mines de la Haute-Saône, président de la SALSA en 1840, qui publia une œuvre imposante sur la Haute-Saône du XIXe siècle, aujourd’hui source documentaire essentielle. On pourra se reporter à la notice biographique et bibliographique établie par Claude-Isabelle Brelot, sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques. En ligne également le Manuel à l’usage de l’habitant du département de la Haute-Saône (1869 – 1003 pages)…

Charles-Édouard Thirria a bien été inhumé à Vesoul, mais de tombe plus aucune trace ; « aucun descendant ne s’est manifesté en 1963, lors du relèvement des tombes abandonnées», explique Jean-Claude Larère qui a entrepris des démarches fructueuses auprès de la municipalité de Vesoul. Le nouvel espace funéraire, qui jouxte le cimetière de la ville, s’appellera : Espace cinéraire Charles Thirria. Une plaque commémorative y sera inaugurée le samedi 24 octobre 2020, à 11 heures.

Ces comtois qui vivaient sans foi ni loi

L’histoire de la violence intéresse les chercheurs ; deux professeurs de l’Université nous livrent simultanément ouvrages et articles sur la criminalité comtoise à l’époque moderne (16e – 18e siècle).
Paul Delsalle (Université de Besançon) publie (voir aussi le compte rendu de l’ouvrage dans L’Est Républicain (16 septembre 2020) :

Crimes et châtiments en Franche Comté au temps de Ravaillac :
tome 1 : La taverne et l’arquebuse
tome 2 : L’Echarpe rouge
(Besançon, éd. Cêtre, 2020 – 23 euros chaque ouvrage))

Antoine Follain (Université de Strasbourg) s’est intéressé au registre des jugements du bailliage de Gray de 1738 à 1751. Article («Cinquante nuances (criminelles) de Gray au XVIIIe siècle. Comprendre un fonds d’archives et trouver comment l’étudier », Source(s), n° 114-15, 2019, p. 173-194), édition intégrale du registre… sont à lire ICI.

Visites à Oricourt (19-20 sept. 2020)

Comme chaque année depuis 37 ans, le château médiéval d’Oricourt figure au catalogue officiel des « Journées Européennes du Patrimoine » organisées par le Ministère de la Culture. En cours de restauration depuis 1969 et classé Monument Historique depuis 1984, il est le château fort le mieux conservé en Franche-Comté.

Le château sera ouvert samedi 19 et dimanche 20 septembre de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 19h00 dans le respect des mesures sanitaires en vigueur (port du masque obligatoire dès l’entrée sur le site).

Blason Nicolas Rolin

Une animation sera organisée sur le thème national : « Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie !« .  Anne Brugirard, maître verrier de l’atelier Montfollet SAS à Verchamp, accueillera les visiteurs dans une salle du château. Des « Amis d’Oricourt » vous présenteront les différents projets de leur association. Les visiteurs pourront aussi découvrir la chapelle, tout juste restaurée.

Des visites guidées seront organisées chaque jour à 10h00 et en boucle à partir de 14h00 (guide conférencier agréé).

Entrée sans réservation préalable au tarif réduit de 4 €, visite guidée comprise et gratuite jusqu’à 15 ans. Les bénéfices réalisés sur les visites sont consacrés aux travaux de restauration.

Catalogue national :
https://journeesdupatrimoine.culture.gouv.fr/

Page Oricourt sur le site du ministère :
https://journeesdupatrimoine.culture.gouv.fr/programme#/pinpoints/33458219

Restant à votre disposition pour tout autre renseignement concernant ces journées,
Cordialement

Jean-Pierre Cornevaux,

Château médiéval
1 rue Nicolas Rolin
70110 ORICOURT
03 84 78 74 35
chateau@oricourt.com
www.oricourt.com

Journées européennes du patrimoine : 19 et 20 septembre 2020

  • Visite guidée par Jean-Luc Vanetti de l’ancien marais de Magny-Vernois (Tourbière, géologie, archéologie) le dimanche 20 septembre de 10 h à 12 h.
    (Réservation à la SHAARL 03.84.62.96.84 avant le jeudi 17 septembre) ;  groupe limité à 10 personnes, masque obligatoire, RDV devant la mairie de Magny-Vernois)
  • Visite guidée du vieux Lure commentée par Alain Guillaume le dimanche 20 septembre ; port du masque obligatoire ; départ à 14 h 00 au local de la SHAARL – Centre Schlotterer – Esplanade Charles de Gaulle – Lure