Archives par mot-clé : mines

Sorties minières à Plancher-les-Mines…

Un petit groupe d’adhérents à la SHAARL et passionnés des anciennes mines de Plancher a décidé de redonner vie au sentier minier du Laury, créé il y a vingt ans par la SHAARL avec l’aide du Parc régional des Ballons et de la municipalité. Après avoir revu les balisages et les chemins, le groupe a donné rendez-vous au public pendant l’été (les dimanches 4 et 11 août 2019), avec succès puisqu’une cinquantaine de personnes ont suivi les conférenciers Marie-Do Beluche, Jean-Jacques Parietti, Patrick Zuger et Eric Bulliard.

Les promeneurs se sont familiarisés en géologie avec les roches volcaniques, l’érosion glaciaire, les roches moutonnées, les blocs erratiques, puis ont découvert du haut d’un verrou glaciaire la vallée encaissée de Plancher-les-Mines. Ils ont suivi un sentier escarpé qui fut le chemin emprunté par les mineurs d’argent ; tout au long furent creusées quatre ou cinq galeries à la recherche du précieux minerai. On a pu juger également de la difficulté à creuser une roche très dure avec seulement un burin et un marteau avant que l’emploi de la poudre noire ne soit accessible aux mineurs.

La chaleur du premier dimanche et les pluies intermittentes du deuxième dimanche n’ont pas entamé le plaisir de la découverte. Ces visites seront à renouveler mais chacun peut découvrir seul ce sentier balisé avec l’aide d’un descriptif disponible en mairie de Plancher.

(textes et images : J.-J. Parietti ; image mise en avant : A. Bourgeois (La vallée de Plancher-les-Mines, 2017)

Douce « la route du fer »…

Les quelque 60 participants à la 9e sortie annuelle de la fédération du patrimoine minier s’étaient donné rendez-vous au lundi de la Pentecôte 2015, du côté des mines du keupérien de la moyenne vallée de l’Ognon et des villages de mineurs, forgerons et fondeurs particulièrement actifs au XIXe siècle, à Melecey , Fallon, Montagney…
Merci à Claude Canard, à Pierre Fluck et à tous leurs amis suisses, alsaciens, lorrains, comtois si éclairés dans le monde des filons et des arts du feu. Se sont jointes sur le même chemin , dans la même gangue (car le mot qui désigne l’enveloppe terreuse du métal dit aussi en allemand le chemin, le chemin du filon, der Gang), les passions disciplinaires les plus variées : géologues, archéologues, hydrologues, historiens… ont éclairé celles et ceux qui n’étaient pas avertis de choses cachées depuis la fondation du monde. Du cimetière dormant sur la colline au-dessus de Mélecey, avec ses croix de fonte mêlées à la verdure, à la Grande Raie exploitée par les mineurs fondeurs de Fallon, jusqu’à la forge de Montagney qui a conservé son haut-fourneau, le dialogue est allé bon train, mêlant la découverte et l’explication d’un riche patrimoine industriel aux questions les plus brûlantes du présent (transition énergétique, continuité écologique). Surprise encore de découvrir dans la verte vallée de l’Ognon, désertée par les fumées de l’industrie ancienne, les ferveurs de quelques adeptes du socialisme utopiste du XIXe siècle, telle Clarisse Vigoureux, née À Montagney, belle-mère de Victor Considerant qu’elle initia au fouriérisme. À une encablure de Montagney (25), à Pont-sur-l’Ognon (70), l’ingénieur mécanicien Benoît Fourneyron, qui adhère aux idées saint-simoniennes, rêve aussi d’une société plus fraternelle et perfectionne le moteur à eau : la première turbine hydraulique apparaît au bord de l’Ognon, en Haute-Saône, en 1827…

Au final, une grande journée de douceur sur la route du fer toute bordée de mirabelliers. Le fer était doux, aimanté ce lundi 25 mai 2015 par beaucoup d’amitié, de découvertes, de réflexions… Rendez-vous est pris pour la dixième sortie 2016 de la fédération du patrimoine minier.

(Voir aussi la revue de presse et le compte-rendu détaillé de la sortie par Claude Canard.)