Tous les articles par shaarl

Les 29èmes Rencontres transvosgiennes…

Histoires de bois :
la forêt et l’industrie dans le massif vosgien
(XIXe siècle à aujourd’hui et prospective)


(samedi 19 octobre 2019 –  à Corbenay et Saint-Loup-sur-Semouse, Haute-Saône)

Les rencontres se déroulent cette année à la salle de la Communauté de communes de Haute-Comté (57 rue des Ballastières, 70320 Corbenay). Elles sont organisées par les Rencontres Transvosgiennes, la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Lure (SHAARL), la Société philomatique vosgienne (88 – Saint-Dié) et la Société du val et de la ville de Munster (68). Elles bénéficient du soutien de la Cc de Haute-Comté et de la commune de St-Loup-sur-Semouse.

Accueil à partir de 8 heures 45 ; le colloque, ouvert à tous, débute à 9 h 30 et se poursuit jusqu’à 12 h 30. Repas possible sur inscription (25 euros – Restaurant  Chez Gérôme et Vincent, 28 rue Henry Guy, 70800 St-Loup-sur-Semouse) Voir site SHAARL et Communauté de Haute-Comté. Après-midi, visite à partir de 15 heures de la collection du Conservatoire de la Cité du Meuble et des entreprises d’aujourd’hui installées déjà sur le site.

Les communications de la matinée :

4 conférences :

  • L’industrie du meuble dans la Vôge et la construction d’une filière industrielle au XIXe siècle, par Éric Tisserand (professeur d’histoire, Nancy).
  • D’une usine à l’autre : la mobilité des ouvriers du meuble (Haute-Saône et Vosges, XIXe-XXe siècle), par Louis Jeandel (sociétés d’histoire SHAARL/Lure et SALSA/Vesoul).
  • L’exploitation de la forêt vosgienne par les unités forestières françaises, canadiennes et américaines (1916-1918), par Jean-Claude Fombaron (président de la Société philomatique vosgienne / St-Dié-des-Vosges).
  • « Bioéconomie » et nouveaux usages du bois : impacts à attendre sur le tissu industriel bois massif et la forêt vosgienne, par Fabienne Tisserand (rédactrice en chef de La Forêt Privée et journaliste au Bois International).

Pour les visites de l’après-midi, à St-Loup-sur-Semouse, nous remercions d’avance Louis Jeandel et tous les acteurs du Conservatoire de la cité du meuble qui nous présenteront l’historique du site des Usines réunies, son devenir, ainsi que les collections de sièges déjà inventoriées..

Coupon-réponse, inscription au repas à télécharger ICI…

(image de l’en-tête : Haut-du-Them, photographie de Charles Cardot (1869-1926), Centre de ressources – Photographie de Lure).

Dernière publication (Rencontres transvosgiennes)

Le bulletin n°9 (2019) est sous presse; il correspond aux actes des Rencontres 2018 à La Bresse et sera disponible aux Rencontres de Corbenay. Voir sa table des matières...

Autres pages transvosgiennes à retrouver sur le site…

… notre pain quotidien…

La SHAARL commence déjà de préparer sa future exposition (printemps 2020,  25 mars – 6 avril 2020, à la salle Cotin) avec un sujet aux multiples facettes, le pain. Un sujet d’histoire totale à vrai dire, tant l’histoire des hommes, écrivait Jean Guéhenno, n’a jamais été que l’histoire de leur faim. (La foi difficile, 1957)

Un grand merci à Jean-Pierre Chambon qui nous signale une très belle enquête sur la fabrication traditionnelle du pain, menée de 1946 à 1952 dans le département voisin de la Côte-d’Or, par la Section de linguistique et de folklore de Dijon. Ce document précieux que nous transmet Jean-Pierre est introduit par un questionnaire particulièrement détaillé, qui peut guider aujourd’hui celles et ceux qui souhaiteraient enquêter sur le pain dans un village de Haute-Saône. Ces résultats déjà anciens sur la Bourgogne, publiés par Albert Colombet, sont consultables sur notre site :

« La fabrication du pain domestique en Côte-d’Or », À travers notre folklore et nos dialectes 1 (1958 [réimpression Dijon, L’Arche d’or, 1974]), p. 42-65.

—————————————
Voici l’occasion de faire aussi connaissance avec l’œuvre de l’historien américain Steven Kaplan, le spécialiste de l’histoire du pain, en France :

Voir aussi la parution récente de :
Boire et manger en Lorraine (Edhisto, 2018)
————————
Documents divers :

Du grain au pain, sur les routes de Roumanie :
(photos
1993 – 1999)

Le four à pain, qui s’ouvre à l’intérieur de la cuisine
(Beulotte-Saint-Laurent et Servance, photos 1990)

(graphiques et photos D. C. / voir article Le pain quotidien : paysages vivriers dans les Vosges saônoises au XIXe siècle, dans revue Rencontres Transvosgiennes, 2-2012)

Sorties minières à Plancher-les-Mines…

Un petit groupe d’adhérents à la SHAARL et passionnés des anciennes mines de Plancher a décidé de redonner vie au sentier minier du Laury, créé il y a vingt ans par la SHAARL avec l’aide du Parc régional des Ballons et de la municipalité. Après avoir revu les balisages et les chemins, le groupe a donné rendez-vous au public pendant l’été (les dimanches 4 et 11 août 2019), avec succès puisqu’une cinquantaine de personnes ont suivi les conférenciers Marie-Do Beluche, Jean-Jacques Parietti, Patrick Zuger et Eric Bulliard.

Les promeneurs se sont familiarisés en géologie avec les roches volcaniques, l’érosion glaciaire, les roches moutonnées, les blocs erratiques, puis ont découvert du haut d’un verrou glaciaire la vallée encaissée de Plancher-les-Mines. Ils ont suivi un sentier escarpé qui fut le chemin emprunté par les mineurs d’argent ; tout au long furent creusées quatre ou cinq galeries à la recherche du précieux minerai. On a pu juger également de la difficulté à creuser une roche très dure avec seulement un burin et un marteau avant que l’emploi de la poudre noire ne soit accessible aux mineurs.

La chaleur du premier dimanche et les pluies intermittentes du deuxième dimanche n’ont pas entamé le plaisir de la découverte. Ces visites seront à renouveler mais chacun peut découvrir seul ce sentier balisé avec l’aide d’un descriptif disponible en mairie de Plancher.

(textes et images : J.-J. Parietti ; image mise en avant : A. Bourgeois (La vallée de Plancher-les-Mines, 2017)

Stéphane à la SHAARL

Nous venons d’apprendre le décès de Stéphane Brouillard, membre depuis de nombreuses années du comité de la SHAARL, également vice-président de la SALSA (Vesoul) dans le cadre de laquelle il venait d’achever la publication de trois volumes d’études sur la Haute-Saône dans la Première Guerre mondiale. Stéphane se dépensait aussi sans compter pour la SHAARL, notamment dans le dépouillement et le classement inlassable de tous les dossiers d’archives qui parvenaient à notre société, dans l’organisation des grandes expositions qui ont marqué la célébration du centenaire de la Grande Guerre… À la Bouquimania de l’automne, il était l’habitué toujours discret et efficace de la salle 4 et contribuait régulièrement au bulletin avec des articles toujours attendus sur l’histoire de la ville de Lure.

Un malaise cardiaque l’a emporté, dimanche 21… Stéphane repose au funérarium de Lure (vers l’église) et ses obsèques auront lieu jeudi matin 25 juillet, à 10 heures, en l’église de Lure.

https://www.avis-de-deces.net/f_stephane-brouillard-lure-70200-haute-saone_2190360169_2019.html

(Éloge funèbre prononcé par Jean Hennequin, le 25 juillet 2019)

Stéphane  était  adhérent  de  la  Société  d’Histoire  et  d’Archéologie  de  l’Arrondissement  de  Lure  depuis  une  quinzaine  d’années.  Très vite,  il  est  devenu  un  membre  particulièrement  actif  de  notre  association  en  prenant  à  bras  le  corps  le  classement  des  archives  de  la  SHAArL.
Solitaire  dans  son  travail,  il  préparait  presque  chaque  année  une exposition  grâce  aux  trésors  historiques  qu’il  savait  trouver  dans  notre  grenier.
Au  départ  de  Simone  Schneider,  il  reprit  également  la  gestion  de  notre  bibliothèque  et  possédait  une  connaissance  des livres  impressionnante.
Solitaire  dans  son  comportement  certes,  dans  son  travail  pour  la  SHAArL,  il  savait  néanmoins  communiquer  sa  passion  pour  l’histoire,  soit  à  travers  les  nombreux  articles  qu’il  a  publiés,  soit  dans  les  conférences  qu’il  a  animées,  ou  encore  lors  des  expositions  qu’il  commentait  sans  note,  avec  beaucoup  de  détails  puisés  dans  sa  mémoire.
Stéphane  s’en  va,  et  avec  lui  la  SHAArL  perd  un  historien  précieux,  un  pilier  important, un grand travailleur.

Stéphane,  tes  éclats  de  rire,  parfois  teintés  d’ironie,  nous  manqueront.  Aujourd’hui,  nous  nous  associons  à  la  tristesse  de  ta  famille  et  lui  confirmons  notre  amitié.